Bilan climatique mondial et national 2017 et perspectives
| France | Actualité  Vu 9511 fois
Article N°19313

Bilan climatique mondial et national 2017 et perspectives

En ce début d'année 2018, il est temps de publier les bilans climatiques de l'année 2017 qui termine sur le podium des années les plus chaudes à l'échelle mondiale depuis le début des relevés en 1880.


 

Suivant les organismes que ce soit la NASA, la NOAA et d'autres, l'année 2017 est la 2ème ou la 3ème année la plus chaude depuis le début des relevés environ. Les différences proviennent des relevés des températures globales qui se font souvent à partir des stations au sol et d'instruments à la surface de la mer. Certains organismes remontent plus ou moins loin au niveau des années, mais il est de toute manière certain que cette année 2017 est sur le podium des années les plus chaudes depuis 1880 environ.

Pour la NASA, nous sommes donc arrivés à une anomalie de +0,9°C par rapport à la moyenne 1951-1980 en se situant juste derrière le record établi de 2016 (+0,99°C). On peut remonter plus loin en se référant à la période préindustrielle (entre 1880-1899), l'anomalie se situe à +1,13°C par rapport à cette période. Nous nous rapprochons quand même des objectifs de l'accord de Paris qui souhaitent limiter l'excédent à +1,5 à +2°C.

L'année 2017 a quant à elle, la particularité saisissante d'être l'année la plus chaude hors phénomènes El Nino. 2017 a même été plus chaude à l'échelle planétaire de +0,3°C par rapport à 1998 qui avait connu un puissant phénomène El Nino.

Si on recoupe les résultats des différents organismes ce qu'a fait le site GLOBAL CLIMAT, on retrouve 2017 comme la 2ème année la plus chaude.
 Source : Global Climat

A l'échelle nationale, la réalité diffère peu car 2017 se place comme la 5ème année la plus chaude. Seuls les mois de Janvier et Septembre ont été plus frais que la normale. La douceur a été très marquée notamment sur février, mars et juin avec des excédents de plus de 2°C par rapport à la normale. Conjugués l'un à l'autre, le printemps et l'été 2017 ont même été les 2èmes plus chauds jamais observés sur la période depuis 1900. 
Source : Météo France

Voici le bilan thermique à l'échelle nationale proposé par notre partenaire Climate Data (Astrid Neveu) :

L'année 2017 a été très sèche avec des déficits même très marqués dans le sud-est et le centre-ouest. Les nappes phréatiques sont à des niveaux bas bien qu'en amélioration actuellement grâce aux pluies de décembre et du mois en cours.

L'ensoleillement quand à lui, a été fréquemment excédentaire avec la prédominance de conditions anticycloniques.

Vous pouvez retrouver ces bilans sur le site Climate Data (
http://astrid334.wixsite.com/climate-data)

Avec le réchauffement climatique, on évalue en France actuellement à 2 à 3 mois maximum par an la possibilité d'avoir des températures en dessous des normales. 

PERSPECTIVES :
Rien ne laisse transparaitre pour l'heure une inversion de la tendance chaude que l'on connait à l'échelle planétaire. Les hautes latitudes continuent aussi à se réchauffer plus rapidement que les latitudes tropicales, cet hiver 2017-2018 le confirme avec une extension de la banquise arctique très affectée notamment vers le secteur du détroit de Béring et de la mer de Tchouktches. 

Le mois de Janvier 2018 sera certainement à l'échelle planétaire l'un des plus chauds depuis le début des relevés.

Ce que l'on observe attentivement chaque année, c'est le paramètre ENSO c'est à dire le phénomène climatique et océanographique sur le Pacifique qui influence les fluctuations de températures à l'échelle mondiale. 2015 et 2016 avaient été marqués par un fort phénomène El Nino qui a libéré de la chaleur dans l'atmosphère avant que 2017 connaisse une phase neutre précédent La Nina sur la fin d'année. Les températures de surface de la mer ont largement baissé sur le Pacifique Est notamment s'étalant vers le centre aussi du Pacifique. 
Voici la situation actuelle : 

Concernant ENSO, les perspectives pour les prochains mois sont plutôt au retour à une phase neutre même si on a différents scénarios qui font que l'évolution n'est pas cernée à 100%. Donc pour cette année a priori, pas vraiment de phénomène marqué ni El Nino ni La Nina. 

L'activité solaire est quant à elle toujours en régression progressive, avec des tâches solaires peu présentes. L'activité est prévue encore diminer jusqu'en 2021-2022 mais l'on se rend compte qu'elle n'influence que faiblement la température à la surface de notre planète. 

On pourrait rentrer dans d'autres détails sur d'autres paramètres qu'on surveille mais le résumé serait long. Ce qui est certain c'est que nos océans ont emmagasiné beaucoup de chaleur en profondeur et prêts à libérer notamment lors d'un prochain épisode El Nino.
L'activité volcanique est également à prendre largement en compte, certains volcans sont menaçants comme le Mont Ajung et d'autres et on estime qu'une forte éruption libérant beaucoup de cendres dans l'atmosphère, pourraient faire baisser la température de la planète, à l'image du Pinatubo en 1991. 

Voilà donc le bilan et les perspectives qu'on peut établir. 



 

Fabien DELACOUR

Lien :http://www.extrememeteo.fr/

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant